1950-51 : création de l'Amicale :
L'Amicale des Anciens de Saint-Ilan est née il y a déjà soixante ans.
L'idée de cette association avait peu à peu fait son chemin, alimentée par le P. François Le Bourhis
qui fut, avec Alfred Fesaix, le véritable promoteur et le véritable artisan de cette Amicale, le supérieur
d'alors étant le P. Gemmerlé. Celle-ci fit ses premiers pas le 2 avril 1951, qui fut aussi l'année
de la parution du premier bulletin réalisé et édité par le P. Le Moal. Le P. Gemmerlé lui-même
quitta Saint-llan pour de plus hautes fonctions. Le P. Le Mestre reprit le flambeau avec autorité,
intelligemment aidé par le P. Gaulard, qui lui aussi contribua à la fondation de l'Amicale.
Le 2 avril 1951, une soixantaine de prêtres et de laïcs se trouvèrent au rendez-vous amical.
On procéda à l'élaboration des statuts et à l'élection du comité définitif.

Les présidents :
- Monsieur le chanoine Le Douarec fut porté à la présidence avec comme vice-président,
l'abbé Harrion, de Rennes et M. Bertrand Renaud, de Saint-Brieuc.
M. Fesaix remplaçait le P. Le Mestre nommé secrétaire.
- En 1954, Alfred Fesaix devient président et l'abbé Lescan secrétaire, place qu'il occupera à titre honoraire jusqu'à sa mort en 2000.
- En 1966, Bernard Vitre lui succède, il restera en fonction jusqu'en 1972.
- Il est remplacé par quelqu'un de l'école d'horticulture.
- Puis l'Amicale reste sans président pendant deux ans.
- En 1975, un nouveau bureau est enfin constitué sous la présidence de Jean-Claude Jort, le gendre d'Alfred Fesaix.
Il restera en place jusqu'en 1981.
- Il sera remplacé par Roger Carré, toujours en poste.

ch. Le DouarecAlfred Fessaix Bernard Vitre   Jean-Claude JortRoger Carré
   
Des jours difficiles :
L'Amicale a connu des jours difficiles, approximativement entre 1968 et 1976, et des jours
particulièrement sombres entre 1970 et 1973 (dettes, problèmes avec les imprimeurs) : le bulletin
faillit disparaître, pas de président. En 1974, c'est le départ des élèves et en 1976 celui des Pères du Saint-Esprit.
Au fil des ans, le séminaire, tant celui des aînés que des jeunes, voit le nombre des élèves décroître
au profit de la petite section horticole qui devient une grande École d'Horticulture accueillant des élèves de partout.
La qualité de son enseignement est réputée.
Seul le P. Viatte restait présent dans notre chère vieille maison, et c'était avec beaucoup de plaisir qu'il revoyait
les anciens tout particulièrement à la réunion du 1er mai.

Une tentative de rapprochement fut tentée avec l'École d'Horticulture.
Pour faciliter les choses une vice-présidente fut même élue, Geneviève Wicquart (72-73). Mais ce fut un échec. Les motivations des élèves étaient très différentes des nôtres. Ils fondèrent leur propre association. Il faut noter cependant que sont restés fidèles à l'Amicale un petit groupe d'anciens de la Section Horticole de jadis qui assistent aux réunions, assez régulièrement et gardent le contact. Une mention toute particulière pour Yann de la Rochebrochard (récemment décédé) qui ne manquait pas une réunion depuis la fondation de l'Amicale. Cet échec va diminuer considérablement le tirage du bulletin et réduire ainsi les dépenses.
En 1977, le bulletin tirait à 2850 exemplaires, en 1978 à 2400. Le chiffre record fut de 3000 exemplaires. Bien entendu, les anciens de École d'Horticulture qui désirent rester en contact avec l'Amicale seront toujours chaleureusement accueillis. Faute de moyens financiers, le bulletin faillit disparaître en 1968. Les Pères du Saint-Esprit proposent en 1969, d'élargir sa diffusion et de donner des nouvelles des autres Maisons de l'Ouest, de la Congrégation et des activités exercées par ses différents organismes. Pour profiter d'avantages financiers, le tirage deviendrait trimestriel avec abonnement. Cette solution ne fut pas acceptée par l'Administration (elle ne répondait pas aux normes en vigueur). Il y eut cependant un commencement d'exécution. C'est ainsi que le numéro de décembre 1969 fût consacré à l'École d'Horticulture.

1969 : "Saint-Ilan Information"
Il faut noter que c'est depuis cette année-là que le bulletin est imprimé, qu'il va changer de nom : de bulletin de l'Amicale de Saint-llan il va devenir Saint-llan Information, à partir du numéro 3 d'une nouvelle série.
Mais la nouvelle formule ne fait pas l'unanimité. Ce qui plaît c'est le courrier des anciens et les nouvelles diverses. La situation financière est de plus en plus catastrophique, il faut emprunter. Le numéro de 1973 est réduit à sa plus simple expression, format réduit et seulement 18 pages. Il faut trouver des finances donc de la publicité. Les cotisations sont peu nombreuses et un gros effort est tenté par Pol Duboys, entre autre, professeur qui habite Saint-Brieuc. Grâce à l'opiniâtreté de ses recherches et à ses relations les annonceurs se font plus nombreux. D'autres aussi se mobilisent,

Le travail du P. Le Moal  Père J. Le Moal
L'équipe de Jean-Claude Jort va améliorer la situation, mais c'est surtout le travail du P. Le Moal qui va empêcher la disparition du bulletin, et de fait celle de l'Amicale. Il est probable qu'elle n'existerait plus aujourd'hui, si dans l'ombre, humblement, sans bruit, le P. Le Moal ne veillait et couvrait pour ce qui lui tenait particulièrement à coeur : ses "chers Anciens".
Je citerai un passage de l'homélie prononcée par le Père Joseph Bracquemont à Piré, lors de ses obsèques le mardi 27 juillet 1980 : "Saint-llan vous est cher,très cher, d'autant plus que vous vous êtes consacré à l'Amicale des Anciens de Saint-Ilan. Je dirais même, sans vouloir frustrer les différents présidents et secrétaires, que vous vous étiez identifié à l'Amicale, et que pour bon nombre d'anciens, l'Amicale c'était le P. Joseph Le Moal. Depuis le 1er mai 1951, où vous avez polycopié le premier bulletin, jusqu'au 1er mai 1980, chaque année, c'est toujours avec beaucoup d'intérêt que vous avez lu les lettres des anciens et en avez sélectionné les passages les plus importants susceptibles d'intéresser tous les Saint-Ilanais...".La disparition du regretté P. Joseph Le Moal va poser un problème à l'Amicale.En effet, il s'occupait de tout, depuis la tenue du secrétariat, la rédaction du bulletin, le suivi de l'impression et son expédition, mais en correspondance avec le Bureau de l'Amicale et plus particulièrement l'abbé Lescan. Quand on ne l'a pas pratiqué, il est difficile de se rendre compte des difficultés que représente la gestion d'un périodique. La rédaction ne pose pas problème grâce surtout au courrier. Le travail le plus difficile est la tenue à jour des listes d'adresses et l'expédition du bulletin. Les listes du P. Le Moal comportaient plus de 3000 adresses (École d'Horticulture comprise). Le Père tenait à jour des listes d'adresses complètes et établissait des statistiques entre Pères, Abbés et Laïcs, entre congrégations et diocèses.
Beaucoup d'anciens sont très mobiles et oublient de signaler leur changement d'adresse ou donnent des adresses incomplètes. Et alors le bulletin revient avec la mention "N'habite plus à cette adresse". Il faut entreprendre des recherches. D'autres reviennent avec la mention "Décédé". Il faut envoyer des condoléances à la famille, établir une notice nécrologique, dans la mesure du possible. Cela coûte cher à l'Amicale. C'est utile et nécessaire, les intéressés sont les premiers satisfaits de continuer à recevoir le bulletin ; le courrier en témoigne et surtout ce serait à terme la disparition de l'Amicale. Il ne faut pas oublier que notre École est fermée depuis 1974.

Une équipe nouvelle
Pourtant l'Amicale est plus vivante que jamais. Le nombre des adhérents accuse chaque année une diminution en raison des décès qui, les années passant, sont en constante progression.
Avec l'élection de Roger Carré comme président en 1981, c'est une équipe dynamique qui se trouve en place.
L'abbé Lescan L'abbé R. Lescan avec l'aide précieuse d'Alexandre Savourel et de son épouse Marie-Paule vont assumer la tâche, et pour les expéditions les membres du Bureau se répartissent pour écrire les adresses. Hélas, les archives sont incomplètes et inexistantes pour de nombreuses années. Marie-Paule va reconstituer un fichier individuel et le tenir soigneusement à jour. Gilbert Le Nillon s'occupe des problèmes d'imprimerie, tout le monde y met du sien, grâce à cela la continuité est assurée. La nouvelle équipe va donner à l'Amicale une nouvelle dynamique qui voit le nombre de ses adhérents augmenter.